Close

6 juin 2017

Le portrait de la semaine : Alex

Comme Alex, fais-toi tirer le portrait par Comme des Fous en répondant à ces 5 questions.

portrait de la semaine alex

« J’aimerais vous faire découvrir la page
http://des-liens.com/ »

 

 

 

 

Quelles sont tes inspirations dans la vie et à quoi tu aspires?

Ce qui m’inspire le plus aujourd’hui est de nourrir les liens : amicaux, familiaux, affectifs… Le relationnel étant tellement essentiel au coeur de ma vie. J’ajouterais d’autant plus aujourd’hui dans tant de climat d’hostilité sociétale…

Des mots clés leitmotiv reviennent dans tant de médias et participent à nos stress : « burn out », « charge mentale », « terrorisme », « homophobie », « racisme » « précarité », « attentat »… « crise »… etc… aussi oui j’aspire à plus de sérénité, j’aspire à préserver un socle de valeurs humaines simples​: le respect, le partage, l’intelligence du coeur, le bon sens, la tolérance…

Le moteur de ces valeurs, entre autre, réside dans les liens… Dans l’ouverture à autrui, dans l’accueil de ce qui nous différencie pour plus de richesse humaines… Je ne navigue pas entre sinistrose ou utopie, juste vers plus d’apaisement et d’espoir de solidarité, au sujet de la question du regard à poser sur ce et ceux qui nous entourent…

Comment décrirais-tu ton métier et pourquoi tu l’aimes?

J’ai la chance d’exercer une profession qui correspond à « qui je suis » même si les conditions de travail s’avèrent être de plus en plus difficiles…

Je suis infirmière de secteur psychiatrique, je travaille auprès de jeunes adultes qui vivent de part leur difficultés psychiques « une panne » (arrêt des études, isolement social, ….)

J’aime ce métier où il s’agit de rencontrer l’individu et le reconnecter en équipe pluridisciplinaire à ses ressources, à ses possibles… Aider nos jeunes patients à s’adapter avec leur trouble et les aider à ne pas s’identifier à leur trouble… Se reconstruire vers un projet de vie. Sortir de la confusion: une vulnérabilité, une fragilité de santé nécessite un remaniement conséquent pour mener sa vie, mais n’empêche pas toute construction…

Que penses-tu du monde de la santé mentale?

Il me semble qu’une urgence se manifeste : lutter contre les stigmates qu’à lui seul le mot « psychiatrie » renvoie…

Sortir de l’idée de la violence et peurs sous-jacentes que l’on peut y attribuer…

La santé mentale nous concerne tous, chacun peut être amené à consulter au cours de sa vie… Revenir à plus d’humilité…

Il s’agirait donc de réfléchir individuellement à ses paroles et comportements… mais pas uniquement… Il s’agirait aussi d’avoir les moyens du côté des structures de soin pour travailler plus encore la prévention, l’information, lutter contre les préjugés et idées reçues…ce qui génère les fantasmes effrayants et stigmatisants étant ce que l’on ne sait pas ce que l’on méconnaît.

Car je vous assure que cela impacte très fort nos patients… Nombreux sont ceux qui en plus de supporter leur fragilité, ressentent également un sentiment de honte du fait de devoir être en soin psy… ce sentiment va à l’encontre de la bienveillance des soins car le sentiment de honte isole…

Qu’est-ce qu’on peut tirer de positif de la folie?

Que peut-on tirer de positif de la folie ?

Je vous avouerai que le mot « folie » à mes yeux est ennuyeux car justement porteur de stigmates…

Pour autant la « folie » apporte la créativité…

L’ouverture, la compassion, la bienveillance, le non jugement, la réflexion, la patience, l’écriture, le questionnement, la remise en question, du « grandir », le remaniement, de l’humanité, de l’humilité, de l’altérité….du sens de l’écoute, de l’accueil…. Et j’oublie forcément encore tout plein de choses…

Pourrais-tu devenir un jour ministre de la santé mentale et sinon qu’est-ce que tu lui demanderais?

Devenir ministre de la santé mentale ?

Il parait qu’il ne faut jamais dire jamais… mais bon…

Au ministre de la santé mentale je demanderai à revenir à des logiques humaines dans la gestion des hôpitaux, dans la gestion des unités de soin. Et ainsi s’éloigner des logiques où nos patients ont été renommés « clients », où l’enjeu financier s’avère être ce qui prédomine…
Je demanderai la revalorisation du secteur professionnel psychiatrique pour une revalorisation du regard à poser sur toute personne souffrant de troubles psychiques…

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish