Close

1 juillet 2017

Pourquoi je demande à France 2 le retrait immédiat de l’épreuve de Fort Boyard

J’aimerais clarifier ma position et expliquer aux téléspectateurs de France 2 pourquoi je réclame le retrait immédiat de l’épreuve de Fort Boyard mettant en scène des candidats en camisole de force diffusée chaque samedi de l’été.

joanJe m’appelle Joan, j’ai 29 ans. J’anime le site internet commedesfous.com depuis presque 2 ans.

Il y a presque 7 ans, j’ai été interné à l’hôpital psychiatrique de Soisy-sur-Seine en banlieue parisienne après un court passage aux urgences de l’Hôtel-Dieu.

Je ne reviendrai pas sur cette expérience douloureuse mais je tenais à préciser mon positionnement sur la polémique de Fort Boyard pour ne pas générer de malentendu.

Je refuse de fermer les yeux sur cette épreuve initialement nommée l’Asile où les candidats sont mis sous camisole de force dans une cellule capitonnée avec des inscriptions aux murs du plus mauvais effet: no future, help, SOS, why?

En tant qu’usager de la psychiatrie, il est très difficile d’être audible auprès des médias et c’est aussi pour cela que j’ai créé mon propre site. Puisque les médias ne parlent jamais de folie, ni du handicap psychique sauf sous l’angle des faits divers, c’est de notre responsabilité de porter le sujet sur la place publique.

L’épreuve de Fort Boyard a le mérite de cristalliser toutes les représentations négatives de la folie véhiculées par le cinéma et les médias depuis plus de 50 ans. Elle nous donne l’opportunité de parler d’un sujet tabou qui reste souvent cantonné aux murs des hôpitaux et sur lequel la société dans son ensemble préfère fermer les yeux.

Mais c’est quand même une claque quand on découvre pour la première fois cette séquence de Fort Boyard. Parce qu’elle stigmatise ouvertement la psychiatrie. Mais surtout parce que c’est une discrimination d’une partie de la population sur le service public (en l’occurrence France 2).

Cette violence faite aux personnes psychiatrisées qu’on appelle psychophobie, vous ne la ressentez peut-être pas. Je vous demande donc de me croire sur le fait que la prise en charge psychiatrique de la folie reste encore de nos jours une expérience traumatisante. S’en relever relève de l’exploit même s’il existe de nombreuses structures d’accompagnement et de soutien ainsi que des associations pour nous aider à le faire.

Je ne dis pas que l’hôpital c’est l’enfer, je dis que la folie c’est traumatisant, qu’on soit laissé à soi-même dans une chambre d’isolement ou marginalisé une fois sorti de l’hôpital.

L’image reflétée par cette épreuve de Fort Boyard n’est pas acceptable tout comme celle de la bande-annonce de Cyril Hanouna quand j’avais réagi par une pétition. Cette fois-ci, j’ai profité de la tenue d’un colloque Handicap et Médias à France Télévisions pour exprimer au micro mon point de vue. Ils ont envoyé leur directeur délégué qui nous a promis des ajustements de post-production dès la diffusion de ce samedi 1er juillet et je l’en remercie.

Cependant, j’ai saisi à titre personnel le Défenseur des droits pour discrimination du handicap sur le service public et le Conseil supérieur de l’audiovisuel car je ne supporte par l’idée que des enfants puissent voir une telle image et qu’un jour ils se retrouvent comme moi en détresse ou à l’hôpital psychiatrique sans qu’on ne leur ait jamais expliqué avant qu’il existe des professionnels compétents dans ce genre de situation et que la psychiatrie est avant tout un service public pour répondre à la souffrance psychique et pas un lieu de torture.

France 2 est également un service public et pour le bien de nos enfants, qui eux ont un futur, je réclame le retrait immédiat de cette épreuve ainsi que la réalisation d’émissions éducatives sur la santé mentale voire ludiques pour lesquelles je suis prêt à engager ma créativité et ma réflexion.

Joan Sidawy, le samedi 1er juillet 2017,
Jour de la 2e diffusion de la cellule capitonnée de Fort Boyard sur France 2 avec Olivier Dion en camisole de force.

Pour aller plus loin, je vous laisse découvrir mon témoignage au Ministère de la Santé:

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish