Close

13 mars 2022

Agoras à Saint-Ouen le 25-26 mars 2022 [Festival Sonic Protest]

sonic protest 2022

Dans le cadre du Festival Sonic Protest 2022, deux journées de rencontres autour des pratiques brutes de la musique se tiendront à Mains d’Œuvres à Saint-Ouen et seront diffusées en live radio. Samedi 26 mars, on pourra même rencontrer le petit-fils de François Tosquelles, rien que ça, mais aussi le collectif Encore Heureux, la Trame, l’Adamant et le Papotin!

Entourées de performances et de témoignages, quatre agoras nous permettront donc d’aborder les inventions possibles pour faire d’un espace proposé un espace habitable et habité ; nous discuterons des manières singulières d’investir l’espace corporel, ses contours et sa matérialité ; nous retraverserons l’histoire qui s’oublie des pratiques d’accompagnement visant l’émancipation subjective pour voir comment nous en enseigner et les prolonger, et enfin nous discuterons du modèle des Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) comme forme fragile mais exemplaire des espaces à construire.

https://www.sonicprotest.com/#rencontres

PROGRAMME DU VENDREDI 25 MARS

9h00-10h00 : accueil public / café (avec projection de clips et séquences vidéos demandées aux ami(e)s des rencontres)

10h00 – 12h00 : Agora #1 : Habiter et s’approprier les espaces

Christophe Laurens
Alexis Forestier
Roberta Trapani & Jean-Luc Johannet

Pour ouvrir cette sixième édition des Rencontres ayant pour fil rouge la question des espaces, nous proposons de rentrer dans le vif du sujet en discutant des manières singulières de s’approprier nos lieux d’expériences et/ou de vie. Ou comment faire d’un lieu, d’un bâtiment, d’une salle, un espace habitable et accueillant les particularités, les goûts et les besoins de ses habitants ?

Dans les pratiques d’accompagnement sanitaire ou médico-social, l’hospitalité laisse malheureusement trop souvent à désirer. À peine s’il n’est pas dit qu’un service trop agréable encouragerait les usagers à la sédentarisation. Nous pensons au contraire qu’on ne s’apaise qu’en affinité avec son milieu. Et chacun a ses modalités pour le faire un peu sien.

Pour lancer la discussion, nous avons convié quelques personnes à nous parler de leurs expériences. Christophe Laurens tout d’abord qui s’est intéressé aux modes d’habiter expérimentés sur la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes, entre cabanes auto-construites, autogestion, et tentative d’inventer des nouvelles formes d’organisation collective et a décidé d’y emmener ses étudiants pour un travail de recherche, publié depuis sous le titre « Notre Dame des Landes, ou le métier de vivre ». Alexis Forestier a fondé le groupe Les Endimanchés en 1985 entre musique industrielle et chanson populaire, puis il crée la compagnie Les Endimanchés avec laquelle il monte de nombreuses créations. Intéressé par les aléas de la raison, il travaille de nombreuses années à la Clinique de La Borde et collabore depuis 2008 avec André Robillard. En 2013, Alexis participe à la création de La Quincaillerie, lieu d’expérimentation au sens propre, aussi bien de mode de vie en commun, de pratique de création que d’accueil. Enfin, Roberta Trapani, membre du collectif de recherche-action Patrimoines Irréguliers de France (PiF) et rédactrice de la revue en ligne Hors-les-Normes, et l’artiste Jean-Luc Johannet nous parleront de l’oeuvre titanesque de ce dernier, qui s’inscrit à sa façon, ou au moins en partie, dans le vaste univers des environnements irréguliers, « composés d’utopies architecturales, d’environnements ornés par des habitants-paysagistes, de cabanes bricolées sur des ZAD et des ronds-points, ou encore d’installations et de jardins urbains clandestins où l’on cultive la sociabilité, la réciprocité et l’expression créative »

12h00 – 12h30 : Performance «Des arts sonnants, des arts sonnés » par Arnaud Le Mindu et les usagers de l’hôpital psychiatrique Pierre Janet (Le Havre)

12h30 – 13h45 : Repas préparé dans le cadre d’un atelier cuisine animé par La Trame et le collectif Encore Heureux

13h45 – 14h00 : café des participants

14h00 – 15h30 : Le Papotin interview Pascal Comelade****

La grande majorité des rédacteurs du journal atypique Le Papotin, sont accompagnés par différentes institutions médico-sociales d’Ile-De-France. Se retrouvant tous les mercredis, ils interviewent régulièrement des personnalités allant du cinéma à la politique, de la météo à la doublure-voix, de la philosophie à la musique. Depuis trois ans, ils participent aux Rencontres et cette année, c’est le musicien catalan Pascal Comelade, figure majeure depuis 40 ans des musiques de genre et de traviole, qui répondra à leurs questions.

15h30 – 16h00 : Témoignage : Alexis Degrenier « Être malade c’est un travail ; la maladie, c’est un emploi »

Alexis Degrenier, bien connu du public de Sonic Protest, est batteur et percussionniste, circulant depuis des années entre improvisation et écriture, musique savante et musique traditionnelle. Après 3 années passées dans les murs blancs des hôpitaux le tenant éloigné de toute vie musicale, il développe des outils techniques lui permettant de créer ses ramifications manuelles à l’aide de technologies aussi complexes qu’organiques. Il viendra aux Rencontres nous faire quelques rappels sur les non-dits et les impensés du monde de la culture quant au handicap et la maladie.

16h00 – 18h00 : Agora #2 : Le corps, la sape, les prothèses.

Sabrina Calvo
Infecticide
Barbara Massart & Nicolas Clément
Les stylistes de l’ESAT Turbulences (sous réserve)
Alexis Degrenier

« Habiter son corps » est toujours un bricolage personnel sans cesse remanié par les aléas du sensible traversé. Or, une des façons de l’investir, ce corps, c’est de le vêtir. Sabrina Calvo d’abord connue en tant qu’autrice de SF aux éditions La Volte, dessinatrice et game designer, est aussi couturière, et la question du corps sensible est centrale dans son œuvre. Barbara Massart est une artiste membre de La « S » Grand Atelier dans les Ardennes belges où elle crée quotidiennement d’incroyables œuvres textiles et costumes. Elle a collaboré avec Nicolas Clément à la création de deux films « Barbara dans les bois » et « Santa Barbara » qui seront diffusés en continu en salle d’exposition. Elle tiendra par ailleurs sur les 2 jours des Rencontres l’atelier Küstom Kostüm et confectionnera en live et en collaboration avec les participants et le groupe Infecticide les tenues de scène de ces derniers ! Les membres d’Infecticide viendront témoigner de leur passion pour le costume (des costumes d’araignées aux serveurs McDonalds) à la scène comme à l’écran (clips et projets solo du chanteur comédien Thomas Suire). L’ESAT Turbulences ! propose également sous ses chapiteaux, un atelier de stylisme dont une partie de l’équipe viendra nous présenter la pratique.

18h00 – 18h30 : Performance : Adamant Sound System

Quand la poésie rencontre l’impro musicale.

L’Adamant est un bâtiment flottant, sur la Seine. C’est un hôpital de jour qui accueille des personnes vivant dans le centre de Paris. C’est aussi un club thérapeutique, L’Embarcadère, son bar associatif. Un journal apériodique (et oui), Les Beaux Barres, une webradio (laoueve.com), un groupe “musiques” avec des instruments, des grosses enceintes, une énorme table de mixage, et des voix, une médiathèque, des péniches qui passent, des riffs de guitare en boucle, des oiseaux, des sirènes, du cinéma, des machines à coudre, des oreilles qui écoutent et Tant de Poses. Et tant d’autres choses.

PROGRAMME DU SAMEDI 26 MARS

9h00-10h00 : accueil public / café (avec projection de clips et séquences vidéos demandées aux ami(e)s des rencontres)

10h00 – 12h00 : Agora #3 : Regards sur des pans d’histoire.

Jacques Lin
Emmanuel Tosquellas
David Ryboloviecz
Savine Faupin & Christophe Boulanger

Aux Rencontres, nous apprécions présenter des initiatives inédites et mettre en lumières des tentatives qui nous semblent novatrices ou tout du moins audacieuses et motivantes pour les professionnels autant que pour les concernés par les logiques d’accompagnement. Mais nous n’oublions pas qu’à d’autres époques, d’autres tentatives ont eu lieu, et parfois même de grande envergure. De l’après-guerre aux années 80, l’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique et/ou mental a vécu une transformation radicale avec des initiatives multiples. Suffisamment pour nous donner envie d’en discuter et de débattre de ce que l’on peut retirer de ces expériences, et réfléchir, en écho, à ce qui peut s’inventer comme stratégies nouvelles. Parmi nos invités, citons d’abord Jacques Lin, qui fut dès le milieu des années 60 un des acteurs principaux du réseau Deligny dans les Cévennes. À peine âgé de 20 ans, Jacques Lin quitte l’usine et se lance dans ce qu’il nommera « la vie de radeau » auprès de jeunes autistes dans une franche sobriété choisie. Emmanuel Tosquellas, lui, est infirmier psychiatrique à l’hôpital de Saint-Alban, lieu où est née la psychothérapie institutionnelle sous l’impulsion de François Tosquelles, son grand-père. Nous accueillerons également David Ryboloviecz, responsable national du secteur Travail Social Santé Mentale des CEMÉA (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active), qui, depuis plus de 80 ans, soutiennent sur tous les fronts (éducation, social, santé, culture etc.) les engagements militants aux côtés de la Psychothérapie institutionnelle ou des pédagogies nouvelles. Nous accueillerons enfin Savine Faupin & Christophe Boulanger, en charge de l’Art Brut au LaM de Ville- neuve d’Ascq, fins connaisseurs des nombreuses stratégies d’accompagnement des artistes singu- liers au cours du temps.

12h00 – 12h30 : témoignage. Eugène Lambourdière dit “Maurice” et le galeriste Eric Gautier de la galerie d’art brut Le Moineau Écarlate nous présenterons l’œuvre de Maurice à travers leur rencontre et leur collaboration continue.

12h30 – 13h45 : Repas préparé dans le cadre d’un atelier cuisine animé par la Trame et le collectif Encore Heureux

13h45 – 14h00 : café des participants

14h00 – 15h30 : carte blanche à Encore Heureux
Le Collectif Encore Heureux… invite Le Chantier Cinématographique

« Ça va encore durer des semaines, des mois voire des années alors autant ne pas annuler, ne pas reporter, ne pas attendre le moment où ça sera de nouveau possible comme avant mais s’organiser dans la crise …»

Le collectif Encore Heureux… invite cette année des participant.e.s d’un atelier d’écriture et de réalisation collective – Chantier Cinématographique – mis en œuvre à partir de 2020 par Élisa Le Briand & Yoana Urruzola depuis L’Abominable – laboratoire cinématographique partagé à La Courneuve – avec des usager.e.s et salarié.e.s de plusieurs structures d’entraide et d’accompagnement social de la Seine-Saint-Denis : les GEM – Groupe d’Entraide Mutuelle – L’Entre-Temps (Saint-Denis), Le Rebond (Épinay), Les Gens du 110 (Montreuil), le SAVS – Service d’Accompagnement à la Vie Sociale – Les 3 rivières (Stains) ainsi que La Trame – dispositif expérimental d’accueil, d’échange et d’orientation – (Saint-Denis).
Il s’agira en leur compagnie d’évoquer la réalité de cette expérience au long cours initiée dans la crise sanitaire ainsi que d’échanger autour de la fabrique commune d’un film et des entours et conditions matérielles qui la rendent possible.

15h30 – 16h00 : Performance musicale d’Etienne & Jonathan (Les Harry’s) et projection de «L’esprit des Lieux / Métingue n°1», un film court de Jérôme Walter Gueguen sur une nouvelle forme de création collective imaginée par Léna Burger, La Belle Brute et Fantazio, un premier métingue en 2021 au Studio Rodolphe Burger à la ferme Klein Leberau (Alsace).

16h00 – 18h00 : Agora #4 : Chacun cherche son G.E.M.
La Maison de la Vague
Advocacy
La Trame
GEM Autismes 17
et d’autres associations ou Clubs

Les Groupes d’Entraide Mutuelles (GEM) sont des lieux portés par des associations d’usagers en santé mentale. Ce sont des espaces pensés et organisés au quotidien par les adhérents eux-mêmes, avec l’aide d’animateurs salariés et bénévoles. Les GEM ne sont pas médicalisés et si certains cherchent une complémentarité avec les différents dispositifs de soin, d’autres s’organisent comme des accueils occupationnels plus classiques se substituant même parfois à des prises en charge médicales. À la différence des lieux de soins, les activités y sont largement portées par les adhérent.e.s eux-mêmes, suivant leurs envies et leurs possibilités. Après quinze années d’existence, des questions nous viennent : de quelles missions les GEM sont-ils porteurs ? Quelles approches pour les nouveaux GEM “autisme” ? Comment s’accommodent-ils de leur cahier des charges et des nombreuses circulaires qui paraissent régulièrement à leur sujet ainsi que de leurs bases économiques fragiles ? Quels liens entretiennent ces lieux avec la création artistique ? Quels liens avec les structures culturelles extérieures ? Qu’en est-il de la question du soin, de la thérapeutique ? C’est donc pour réfléchir à la fois à l’intérêt spécifique de tels espaces ainsi qu’à leur précarité que nous avons proposé au GEM La Maison de la Vague d’animer ce temps de discussion. Pour l’occasion seront invités des GEMs mais également certains acteurs qui ne se sont pas reconnus dans cette proposition de la loi de 2005 et qui ont, soit continué une route engagée depuis fort longtemps (clubs thérapeutiques), soit décidé de tracer une autre trajectoire comme réponse aux limitations inhérentes à ce dispositif.

18h00 – 18h30 : Témoignage : Frédéric Prieur & Bruno Voillot de l’Adamant

Frédéric Prieur ne se déplace jamais sans son magnétophone et quelques K7 dans les poches de sa veste. Il enregistre, capture, coupe, monte, transforme, fictionne le monde pour le rendre un tant soit peu supportable, pour se jouer de lui, le truquer voire le détraquer, le faire sien. Ceci n’est pas un magnétophone, c’est une arme.

EN CONTINU

Atelier cuisine co-animé par les équipes de La Trame et du collectif Encore Heureux… ou comment décortiquer, découper, hacher, malaxer ensemble la parole et les aliments tout en préparant le repas qui sera servi à midi !

Atelier Kostüm Küstom Porté par le duo d’artistes Barbara Massart de la “S” Grand Atelier (Centre d’art brut et contemporain / Belgique) en collaboration avec le groupe Infecticide. Un atelier d’improvisation textile sur les 2 jours. Une mission commune : confectionner ensemble les costumes de scène d’Infecticide pour le concert du samedi soir. Atelier ouvert sur inscription à la demi-journée minimum via ou sur place.

Atelier photo Tant de Poses proposé par l’équipe du Centre de Jour psychiatrique l’Adamant.
Dans le monde actuel, on est confrontés en permanence à l’image, aux images; mais avec quelle sincérité ? Quelles émotions ? Avec quelles angoisses ?

La relation de confiance photographe/photographié garantit un rapport d’égalité qui permet de modifier les regards de l’un sur l’autre. C’est la connaissance et la re-connaissance de l’autre qui soutient alors quelque chose d’une réconciliation…Noir et blanc avec une imprimante « minute ».

Ouvert en permanence de 9H au soir dans l’espace bar.

Forum d’édition
Un ensemble de petits stands d’éditions : livres, disques, etc. sur les sujets qui touchent les Rencontres.
Eau de Javel, Croatan Editions, Le Papotin, Librairie Michèle Firk, Madame Macario, Margins, Les Nouveaux Cahiers Pour La Folie, La Belle Brute, La Volte, BrutPop… toute la journée dans l’espace expo.

T’es pas là ???
L’intégralité des Rencontres diffusée en live radio sur sonicprotest.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.