Close

18 novembre 2016

« Une voie française pour une psychiatrie différente », le rapport révolutionnaire de 1982

jack ralite

Le ministre Jack Ralite

A l’heure où paraît le rapport Laforcade relatif à la santé mentale (octobre 2016), revenons sur un rapport révolutionnaire: le rapport Demay  qui date non pas de 1968 mais de 1982.

« On n’a jamais eu de ministre pour la santé mentale, enfin, on en a un ! » avait dit à l’époque le médecin directeur de Sotteville en parlant de Jack Ralite, le ministre de la santé commnuniste qui a impulsé ce rapport.

 

Confié à un psychiatre de terrain nommé Jean Demay, le rapport intitulé Une voie française pour une psychiatrie différente « apparaît très politique, engagé, idéologique. Il propose avec force et conviction une rupture radicale avec « l’asile » et « la pensée asilaire ». Il ne s’appuie pas sur une réflexion psychopathologique mais se réfère à des principes éthiques, législatifs et organisationnels. Il reste étonnamment d’actualité par certains aspects. Dès le préambule, il évoque la « souffrance psychique », notion qui se banalisera au fil des ans, et élargit la réflexion à un champ qui « n’appartient pas à ses seuls acteurs dans un travail nécessairement partagé », préparant ainsi l’ouverture à la santé mentale qui se retrouvera quelque 20 ans plus tard. Il recommande de petites équipes travaillant dans la communauté sociale, au détriment des lieux de concentrations, et prône le « dépérissement des asiles psychiatriques ». » extrait de Alezrah Charles, « Réflexions tirées de la lecture des rapports Demay et Couty », L’information psychiatrique, 6/2009 (Volume 85), p. 509-517.
URL : http://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2009-6-page-509.htm

Lire l’intégralité du rapport Demay de 1982: Une voie française pour une psychiatrie différente.

georges marchais

Georges Marchais entouré des ministres communistes en 1982

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish