Close

18 novembre 2016

“Une voie française pour une psychiatrie différente”, le rapport révolutionnaire de 1982

jack ralite

Le ministre Jack Ralite

A l’heure où paraît le rapport Laforcade relatif à la santé mentale (octobre 2016), revenons sur un rapport révolutionnaire: le rapport Demay  qui date non pas de 1968 mais de 1982.

“On n’a jamais eu de ministre pour la santé mentale, enfin, on en a un !” avait dit à l’époque le médecin directeur de Sotteville en parlant de Jack Ralite, le ministre de la santé commnuniste qui a impulsé ce rapport.

 

Confié à un psychiatre de terrain nommé Jean Demay, le rapport intitulé Une voie française pour une psychiatrie différente “apparaît très politique, engagé, idéologique. Il propose avec force et conviction une rupture radicale avec « l’asile » et « la pensée asilaire ». Il ne s’appuie pas sur une réflexion psychopathologique mais se réfère à des principes éthiques, législatifs et organisationnels. Il reste étonnamment d’actualité par certains aspects. Dès le préambule, il évoque la « souffrance psychique », notion qui se banalisera au fil des ans, et élargit la réflexion à un champ qui « n’appartient pas à ses seuls acteurs dans un travail nécessairement partagé », préparant ainsi l’ouverture à la santé mentale qui se retrouvera quelque 20 ans plus tard. Il recommande de petites équipes travaillant dans la communauté sociale, au détriment des lieux de concentrations, et prône le « dépérissement des asiles psychiatriques ».” extrait de Alezrah Charles, « Réflexions tirées de la lecture des rapports Demay et Couty », L’information psychiatrique, 6/2009 (Volume 85), p. 509-517.
URL : http://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2009-6-page-509.htm

Lire l’intégralité du rapport Demay de 1982: Une voie française pour une psychiatrie différente.

georges marchais

Georges Marchais entouré des ministres communistes en 1982

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.