K-Pax, l’homme qui vient de loin [film]


k_pax_l_homme_qui_vient_de_loinQuelle meilleure hospitalité pour un alien que celle de l’hôpital psychiatrique?

Prot, le personnage principal venu d’une lointaine planète, débarque dans une clinique psychiatrique où sa simple présence parmi les autres patients va s’avérer bénéfique. Un alien qui désaliène les autres, remet à plat la relation aidant/aidé et fait profondément douter le psychiatre qui le prend en charge. 

Celui-ci cherchera à percer le mystère et s’en remettra à l’hypnose. Un film et un personnage qui, par-delà la science-fiction, soulèvent des questions intéressantes.

« Walk Away Renée » vu par Yann Hodé [film]

walk-away-renee1

Synopsis: La mère du réalisateur, Jonathan Caouette, souffre de schizophrénie. Les traitements qu’elle suit dans la clinique de Houston où elle est hospitalisée ne lui conviennent plus. Son fils décide de la ramener dans un établissement plus proche, à New York. Il descend la chercher en voiture, puis traverse les Etats-Unis avec elle.
Le collage de séquences d’une grande inventivité formelle reconstitue le passé familial et éclaire les rapports entre la mère et le fils…

 

« Nise, le cœur de la folie » de Roberto Berliner [film]

A sa sortie de prison, Nise da Silveira reprend son activité de médecin dans un hôpital psychiatrique de la périphérie de Rio de Janeiro. Refusant d’utiliser les électrochocs et la lobotomie pour traiter la schizophrénie, elle est rejetée par l’équipe hospitalière et se tourne vers de nouvelles thérapies, à travers lesquelles elle commence une révolution régie par l’amour, l’art et la folie.

« Jamais je ne t’ai promis un jardin de roses » [film]

19068342I never promised you a rose garden est un film d’Anthony Page réalisé en 1977.

Ma critique: Un film à voir! Le personnage de Deborah nous plonge dans l’univers plutôt rude d’un hôpital psychiatrique où elle se démène avec ce monde imaginaire qui la hante mais aussi avec cette communauté de femmes bien réelles avec qui elle cohabite. Rude mais vivant!

Voir le film en version originale (1h32):