Close

19 mars 2022

Portrait d’Anne-Claire

portrait anne claire

Comme Anne-Claire, fais-toi tirer le portrait par Comme des fous en répondant à ces 5 questions.

Quelles sont tes inspirations dans la vie et à quoi tu aspires ?

Ma principale inspiration c’est… mon mari.

On s’est rencontrés il y a plus de dix ans et je l’admire toujours autant. Il est calme, rassurant, stable, mon antithèse quoi. Bon, certains de ses défauts sont moins inspirants. Par exemple, sa phobie administrative, quand moi j’aime la paperasse (enfin du moins je sais m’y attaquer !) ou bien il est adepte du « faire à la dernière minute le couteau sous la gorge » quand je n’aime rien tant que d’organiser tout à l’avance. Mais j’espère atteindre un jour son niveau de « zenitude ».

De manière plus globale, les histoires m’inspirent, en particulier celles de mes amis, confiées autour d’un café brûlant ou d’un bon verre de rouge. Une anecdote, une confidence peut me guider, m’aider à trouver une idée ou encore m’aiguiller sur le sens à donner à ma vie.

Celle que j’admire le plus n’est pas une amie, mais on est encore plus intime : c’est ma psychologue. Elle me connait presque mieux que quiconque. Depuis quatre ans, ses conseils sont précieux et je ne me vois pas « lâcher sa main ». J’aimerais avoir sa classe, j’imagine que la vie est tellement plus simple pour elle, je ne connais ni ses failles ni ses traumatismes.

Plus près de moi, les deux lieux qui me ressourcent sont les deux maisons de mes grands-mères.

Si l’on me demande : « D’où viens-tu ? », je suis bien incapable de répondre en une phrase synthétique du tac au tac tellement j’ai déménagé. En revanche la stabilité, ce sont mes montagnes du Trièves et la mer à perte de vue de la presqu’île de Giens.

J’aspire à retrouver le sentiment de bien-être que j’ai quand je contemple la Méditerranée depuis la terrasse de ma grand-mère, un délicieux rayon de soleil me caressant le dos. Une vie sans peurs, sans angoisses, sans dépression. Une vie simple : une vie de femme, d’épouse, de mère, de journaliste. Vie aux mille facettes mais en paix.

Comment décrirais-tu ton métier et pourquoi tu l’aimes ?

Je suis caméraman. Je travaille pour une chaîne locale d’actualité et je traite aussi bien des sujets culturels que sociétaux, économiques ou politiques. Ce que j’aime encore une fois c’est découvrir les histoires de ceux qui nous entourent, ce qu’un territoire a à nous offrir.

Mon métier est assez « technique ». Je dois gérer la lumière, le son, les couleurs, la beauté du cadre et j’aime ça. Me concentrer pour créer du « beau ». J’aime le filtre qu’est la caméra entre le monde et moi. Je ne reçois pas l’actualité en pleine tronche, je la vois à travers mon viseur, cela met une distance, une barrière qui me protège.

Je ne m’ennuie jamais, j’apprends plein de choses. Chaque jour est une nouvelle aventure ou presque !

J’ai trouvé ma place.

Que penses-tu du monde de la santé mentale ?

Je ne connais pas grand chose du monde de la santé mentale.

J’ai fait quelques incursions, très brèves, en hôpital psychiatrique et je n’ai pas été déçue du voyage. L’hôpital est souvent terne, moche, à l’abandon, la nourriture fade, les journées longues à tuer. Dans ces moments-là, on aurait besoin de beau, de confort, de tendresse : l’hôpital est loin de cela.

Heureusement qu’il y a les autres patients, on se serre les coudes, on discute, on se comprend sans jugements. Sans oublier certains infirmiers, à l’écoute et disponibles pour autre chose que distribuer nos médicaments journaliers.

Quand aux psychiatres, j’ai eu l’extrême honneur d’en rencontrer 13 en quatre ans (non, non je n’en change pas tous les mois promis, j’ai la même depuis deux ans maintenant, mais encore une fois j’ai beaucoup déménagé). Certains manquent clairement… de psychologie. Certaines phrases assassines sont restées gravées et ne me lâchent plus.

Heureusement, la bienveillance existe. Certains sont compétents et dignes de confiance.

Qu’est-ce qu’on peut tirer de positif de la folie ?

Je n’aime pas ce terme. Je souffre de troubles bipolaires mais où est la folie dans tout ça ?

Quand je n’arrive pas à me lever de mon lit un matin, même pas pour prendre ma douche ?

Quand la crise d’angoisse me fait vomir et me met au tapis à l’idée de vivre ma journée ?

C’est étonnant, dérangeant mais fou ?!

Peut-être que la « folie » c’est avoir fait l’expérience de la souffrance psychique, celle qui plie en deux et empêche d’avancer. Cette souffrance créée de l’empathie pour ceux qui souffrent et permet de les écouter sans jugements et d’accueillir leurs récits. Aider les autres permet de se décentrer, d’oublier son propre mal-être.

Pourrais-tu devenir un jour ministre de la santé mentale et sinon qu’est-ce que tu lui demanderais ?

Ah, ah non, jamais… Je suis journaliste, attention au mélange des genres.

Les politiques je les interviewe, je les titille et leur pointe leurs incohérences mais jamais je ne me mettrais dans leurs chaussures.

En revanche, j’aimerais lui demander de mettre des moyens.

La clé pour soigner c’est d’avoir les moyens de le faire. De ne pas empiler les médicaments mais de prendre le temps d’écouter et d’accueillir.

Et puis, c’est du bon sens, mais les séances de psychothérapie devraient être remboursées ! Cela fait partie du « traitement » et cela coûte un rein ! Seuls ceux qui ont les moyens peuvent se les offrir.

Une initiative que tu aimerais faire connaître ?

https://www.maisonperchee.org/lespiailleries

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :