Close

11 août 2018

Portrait de Stéphane

stéphane

Comme Stéphane, fais-toi tirer le portrait par Comme des fous en répondant à ces 5 questions.

Quelles sont tes inspirations dans la vie et à quoi tu aspires?

Mes inspirations dans mon adolescence et encore maintenant ont été les artistes et tout particulièrement les musiciens, mais également les photographes, les écrivains, les peintres et les gens qui aiment les gens.

J’aspire à la paille pour boire. Plus sérieusement j’aspire à beaucoup de choses, du moment que cela m’intéresse.

Comment décrirais-tu ton métier et pourquoi tu l’aimes?

Mon métier ne me passionne pas en ce moment. J’ai écrit un livre, mais cela ne nourrit pas son homme.

Que penses-tu du monde de la santé mentale?

J’ai toujours eu de bons rapports avec l’univers médical.

Le monde de la santé mentale, c’est vaste.

Il y a des choses à faire contre la stigmatisation des maladies mentales.

Il y a de belles choses qui sont en marche avec les associations.

Des choses sont lancées pour parler de la schizophrénie vers le grand public.

Je préfère retenir ce côté optimiste des choses.

Qu’est-ce qu’on peut tirer de positif de la folie?

Si l’on en revient, on peut parler de ce que l’on a vu de l’autre côté de la rive.

On peut garder une sensibilité particulière et unique.

Mais je ne vois pas d’autre côté positif, par rapport à la souffrance que cela entraîne.

Pourrais-tu devenir un jour ministre de la santé mentale et sinon qu’est-ce que tu lui demanderais?

Non, je n’aimerais pas devenir ministre de la santé, je ne pense pas que les décisions en matière de santé mentale peuvent venir d’en haut, mais plutôt des usagers et des personnes soignants.

En revanche, on peut sensibiliser la ministre en parlant du vécu des patients, des retards de diagnostic, de méconnaissance de la santé mentale du grand public…

Une page, association ou initiative que tu aimerais faire connaître?

Celle du Collectif Schizophrénies.

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish