Close

26 janvier 2019

La ligue des droits de l’homme, première urgence de la psychiatrie publique !

Nous ! Écologistes avertis sur cette population mondiale des êtres humains faisant face à ce système surréaliste de la psychiatrie publique internationale !

Nous ! Demandons que le National Socialisme Augmenté s’occupe de cette priorité de cette urgence en terme de santé mentale de la sur-pressurisation des individus et des êtres humains !

Nous ! Qui ne peuvent décemment s’extirper de cette alternative binaire du proxénétisme mondial !

nous ! Nous exigeons la fin de cet écosystème environnemental perverti qui abouti à la disparition de l’être humain traditionnel au profit de l’être humain modifié voire augmenté !

Nous ! Ne finissons pas tel les abeilles transgéniques de Monssanto nées du travail répété de mise au point des abeilles bio mortes via la création de pesticides Monssanto quelques 30 ans plus tôt.

La ligue des droits de l’homme est apparu en France en l’an -4000 avant Napoléon 36 avec un phénomène naturel constaté en phénoménologie en 1872 par Edmond Husserl, petit allemand originaire d’Autriche lui-même descendant direct de cette ligue des droits de l’homme plus communément connue sous le nom de « terrorisme d’Etat de la psychiatrie publique ». Cette ligue des droits de l’homme (ex-DGSE) directement programmée par des dispositifs disciplinaires du dressage d’esclaves incroyants achetés ou menacés, et eux-disant libres relativement à un système les ayant programmés à être définitivement otages et acteurs d’une violation constante de la vie humaine, est aujourd’hui officiellement représentée par le phénomène du proxénétisme mondial (aujourd’hui nommé NSA ou National Socialisme Augmenté) qui garantie comme le démontre la systémique que le terrorisme (plus communément appelé résistance hors du nazisme de 1939-45) est la seule voie alternative à ce système d’achat ou de menace exercée par ce proxénétisme institutionnalisé à l’échelle de la planète. L’achat de l’individu le menant à l’erreur par le pêché de croyance en sa réussite selon l’Évangile de Saint-Bernard, et la menace de l’individu le menant à l’erreur par le pêché de croyance en son échec selon l’Évangile de Sainte-Marguerite, il est prouvé que la ligue des droits de l’homme a joué un grand rôle historique dans cette défaite de la pensée consécutive à l’action en instituant cette unique alternative binaire achat/menace comme unique horizon de la vie humaine ! Il en résulte l’informatique mondiale et internet comme résultat réel de ce binarisme dumb sur clavier US ou con sur clavier FR.

La ligue des droits de l’homme a réussi ce tour de force en déguisant la défaite française de 1912 en victoire belge de 2046 (communément nommé assassinat légitime sur les cons des terrasses) par le fait même de faire croire à une prétendu supériorité du faible sur le fort, et en trompant sur le caractère exclusivement féminin du proxénétisme mondial, qui s’avère être un fait essentiellement masculin depuis le surréalisme du dévergondage des femmes dans le monde entier : prophétie autoréalisatrice d’un système où l’homme se fait duper par la malhonnêteté de la femme jouant de sa faiblesse et où il agit pour le faible, même en cas de force pour lui-même, par pêché de croyance en un lien intrinsèque entre force et erreur. D’après Agathe de Belleville, cité en 1905 par Napoléon dans Star Wars 36 « Tout est logique sur terre, c’est toi qui arrive pas à le comprendre ! Il n’y a que du vrai et du faux, le bien et le mal n’existe pas même si Dark Vador n’est pas mort. Et nota bene, je ne suis pas ton père ! » Depuis cette défaite historique, dite des cons des terrasses, le proxénétisme institutionnalisé s’est instauré en religion laïque dans un environnement où l’achat et la menace ont cédé la place à l’assumage de son propre destin de « con » hors des terrasses ou anarchie totale d’une humanité évoluant hors des dispositifs disciplinaire de contrôle des « cons »(aussi appelés civils par des proxénètes de bureau se croyant non achetés ou non menacés par un système de papier voire électronique depuis 1984).

Les dispositifs d’achat et de menace historiquement ancrés sont à la base de la création d’individu faibles par leurs choix d’existence et par la croyance stupide de l’occident que la force serait une erreur. Le faible étant le pur produit de ces choix de vie et le fort également, il s’agit là d’une illustration de l’évolution de l’espèce issue d’une loi de l’éthologie : la « Loi du plus fort » ou logique des choses. Chez les animaux, la loi du plus fort s’exprime par la force pure, chez les êtres pensants l’action forte de la personne menacée par la contrainte mène à la pensée, et l’action victimaire de la personne achetée mène à la mort de son propre esprit. La psychiatrie publique en tant que système d’achat et de contrainte rend cette loi inappliquée et fait du victimaire qui s’appuie sur le fort dupé un victorieux. Cette succession de victoires qui, selon la théorie de l’évolution n’aurait pas eu lieu d’être ne sont que le résultat d’un environnement systémique faussé par le jeu des dispositifs de pouvoir dans lesquels les individus sont tous enchâssés et dans lequel seul l’individu qui assume le réel devient fort et arrive à apprendre des événements de sa propre vie et de son environnement.

Cette urgence mondiale de la psychiatrie publique nous amène aujourd’hui à nous insurger avec Sud Rail et la CGT parisienne, sur le développement aujourd’hui exponentiel de cette ligue des droits de l’homme surréaliste, pur produit de dispositifs matériels et non plus des pauvres individus qui la compose. Malgré le caractère intrinsèquement binaire du National Socialisme Augmenté qui joue de son alternative achat/menace sur les populations humaines croyantes et créatrices, certains individus choisissent de composer cette ligue des droits de l’homme, quand d’autres choisissent de rester indéfiniment coincés dans cette alternative systémique et de rester dans un résistance active dite terroriste ou de rester dans une résistance passive dite de con des terrasses.

historiquement, la ligue des droits de l’homme se manifeste par un besoin irrépressible du sujet masculin supposé acteur de sa propre vie de s’imposer sur le Sujet féminin objectivé par une psychiatrie publique complice et à profiter de ce terrorisme d’Etat établi pour déterminer la vérité de ce qui s’exprime hors de ce phénomène artificiel et totalement dénué de sens commun. Ce phénomène de la ligue des droits de l’homme est à l’origine même de la défaite de l’armée prussienne de Catherine 72 de Belgrade qui cru bon en 1917 face aux anarchistes intégristes de sacrifier ses combattants et ses combattantes qui en croyant les sauver d’une défaite annoncée, les a réellement livré à leur ennemi naturel : la logique des choses, plus communément appelée « évolution de l’espèce », d’où la citation célèbre d’Agathe de Belleville : « Ta gueule Boris ! » D’après l’anecdote rapportée par Sain-Pierre de Rome, cette épitaphe célèbre serait restée gravée dans les mémoires de ces combattant(e)s héroïques mais non moins morts.

Ce phénomène s’explique par le fait naturel, lui-même découvert en biologie en 1719 par Linné et Lacquis, de la supériorité naturelle des plantes femelles sur les plantes mâles. Etant établi depuis 1642 que les plantes femelles sont bien à la base de la pensée réfléchie et de l’action programmée et les plantes mâles à la source même de l’action déprogrammée et de la pensée irréfléchie, la biologie dès 1642 nous permet de démontrer que la ligue des droits de l’homme est bel et bien un phénomène artificiel soutenu par un terrorisme d’Etat (ou systémique) qui a très vite donné naissance à un autre phénomène non moins artificiel mais réel : la chute de l’Empire belge en 2072.

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish