Close

14 février 2018

L’amour, un mur [Camille]

Le Monde, indifférent aux Hommes, s’effrite, s’en va, trompe son monde en faisant croire à la liberté, à l’égalité, à la justice. Le Monde trompe son monde.

Destruction immédiate du monde de la joie, destruction fatale du monde des Hommes comme ils sont et non comme on voudrait qu’ils soient. Destruction. Amour. Les deux s’entrechoquent, se haïssent et s’aiment aussi fort que deux amants perdus sur le chemin du mensonge. Je suis en plein dans un songe. Les hommes de médecine m’endorment dans le sens du poil, histoire que je ne casse pas trop les murs qu’ils ont construit. En hissant un mur, on détruit l’amour. Pour presque toujours. Mais là, non là, vous n’y arriverez pas. L’amour est plus fort que tous vos mots stupides, vos boites en carton pour soigner, vos médicaments pour assommer.

Mais je sens mon Amour partir pour un monde auquel je n’accède pas. Oh Mama.

Je chante pour toi chaque jour, amour, je chante pour nos espoirs, je chante contre ton noir. Tu m’entends sûrement, de ta fenêtre fermée à triple tour, tu dois capter l’amour.

Je viendrai t’embrasser autant qu’il me plait, même s’ils me le refusent. Qui sont-ils ? Qui sont ces monstres pour refuser ainsi une si petite et si importante demande ? Je ne les laisserai pas briser ce lien Mama’, je ne les laisserai pas.

Je te l’ai dit, enlacées comme nous étions dans l’espace fumeur, soigneusement séparé par une vitre derrière laquelle les soignants fument leur propre poison en bâtonnet. Je te l’ai dit au creux de l’oreille, au creux du cou que je ne les laisserai pas faire, que moi, oui moi, je n’allais pas, oh non jamais, laisser qui que ce soit me dire si oui ou non j’ai le droit de t’embrasser. Ce que j’ai fait mille fois sur ta joue douce comme celle d’un bébé. Oh Mama.

J’ai attendu une heure et demi devant leur porte, leur sale porte avant qu’ils m’autorisent l’accès à toi toi toi, ton amour, tes bras.

 

A chaque fois que je tente de m’approcher, je suis engloutie par cette folle ritournelle, un truc malsain, qui ne tourne pas, étouffant, sans air, sans vie. Sans Hommes. J’en ressors lessivée, épuisée, je me sens presque folle. Rien de ce qui me choque, me questionne ou m’attriste n’a l’air d’être choquant, questionnant ou attristant pour qui que ce soit autour de moi. Je m’époumone, je hurle que ce n’est pas normal stopstop arrêtez !, vous faites mal mal mal. Vous faites si mal. Les mots vont se faire oublier quelque part dans l’air ou dans la cage grise. Et les maux se font oublier, eux aussi, au milieu du fouillis médical, par la prise de petites pilules multicolore. Bam.

Je bloque sur des questions dont l’Homme n’a pas encore trouvé les réponses. Pire, que l’Homme ne s’est pas encore vraiment posé. Mais ça me permet une chose : combattre. Ne pas laisser l’indifférence, la différence, et l’habitude prendre le dessus. Je sais aujourd’hui que votre système ne tourne pas rond. La relation à l’autorité a été pour moi compliquée à remettre en question. Mais je ne vous fait plus confiance, plus jamais. Pas comme ça. Montrez-moi, expliquez-moi comment tout cela peut marcher et peut-être vous croirais-je. Trouvez-moi cette putain de preuve et je vous laisse en paix, et je serai en paix.

 

Je vous demande sincèrement, naïvement, où est l’humanité. Dites-moi. Montrez-moi dans vos gestes ou vos paroles où sont cachés les droits de l’homme, la dignité, le bien-être de la personne. De l’enfant qui se cache en chacun. Où sont vos enfants magiques ? On ne parle pas dans cet endroit, on grogne. On ne rit pas, on se moque. On ne soigne pas, on avale. On ne respire pas, on fait l’autruche. Les sourires forcés me donnent envie de gerber. Cette femme me pousse. Elle ne me parle pas, elle me pousse. « Allez, entrez-là ». Euh, attendez, j’ai besoin d’une minute. Une minute pour compter les secondes, pour voir le fantôme de ma mère traverser ce couloir ; elle tombe presque.

La maladie est une chose, la folie hospitalière en est une toute autre.

 

Camille L, non-diagnostiquée, après une visite dans une hôpital psychiatrique…

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish