Close

9 juin 2018

Changer les regards sur la folie : de la honte à la fierté

folle et alors

Le regard de la société sur les troubles psychiques est très influencé par le discours médical. La folie serait avant tout un problème de santé, une maladie comme les autres.

Mais contrairement au cancer ou au diabète, le regard sur soi du malade psychique est chargé de honte. Comme pour les autres maladies, on ne choisit pas de tomber malade. Mais on ne peut pas mettre le trouble uniquement sur le compte d’une défaillance corporelle en se disant « Ce n’est pas moi, c’est mon cerveau. ». D’autres argumenteront que c’est la société qui nous a rendu malade.

Mais il y a quand même une honte sociale propre à la folie : il faut se cacher, ne jamais dire le diagnostic qu’il y a derrière une situation de handicap (psychique) au travail. Les autres n’ont pas à savoir que je suis suivi en psychiatrie ou que je prends des médicaments nuit et jour.

Oui, la folie est traitée comme un problème de santé personnel et intime protégé par le secret médical.

Mais si on sort la folie du champ médical et de la relation médecin-patient et qu’on s’intéresse à la dimension sociale et aux relations individus-société, on peut essayer de dépasser la honte par un changement de regard collectif.

On a vu que la honte naît d’une position subie face à la maladie, à un mal-être personnel et à un discours essentiellement médical.

Redevenir acteur de sa vie, sortir du rôle de patient, trouver un équilibre avec les médicaments et aller mieux, c’est trouver un motif de fierté et porter un discours moins centré sur l’individu lui-même que sur les relations avec les autres. Le discours biologisant sur le cerveau doit être complété par une vision écologique de la folie, c’est-à-dire orientée vers les interactions des individus avec leur environnement social.

Il n’y a pas de quoi être fier d’être malade, mais la fierté vient du simple fait qu’on ne nous regarde plus comme des malades (vivant cachés) mais comme des êtres à part entière (vivant follement leur vie).

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish