Close

11 juillet 2017

Portrait de Fanny

Comme Fanny, fais-toi tirer le portrait par Comme des fous en répondant à ces 5 questions.

J’aimerais faire connaître la page http://artsconvergences.com/appel-a-projet

portrait de fanny

Quelles sont tes inspirations dans la vie et à quoi tu aspires?

Une multitude d’inspirations. D’ailleurs tout… Mais devant l’envergure de « Tout assimiler », je dirais:

La culture occidentale dont je suis issue, la culture orientale pour sa douceur et ses sagesses, la Nature pour ses ressources inépuisables ou presque… Les humains et leurs complexité, le Soi, du coup comme outils d’apprentissage du monde.

La psyché m’intéresse au plus haut point et je l’explore par le travail artistique, la vie, les bouquins, les histoires de vie, les liens, l’expérience…

J’aspire à réunir tout cela de manière juste pour transmettre au mieux et vivre en accord avec ma sensibilité et le monde… vaste programme, j’avoue.

Comment décrirais-tu ton métier et pourquoi tu l’aimes??

J’ai eu déjà quelques « vies ». Ces dernières années, j’ai testé de façon autonome pas mal de choses (artistiques, éditoriales, art-thérapeutiques, j’ai même tenté une « épicerie d’art et d’horizons »).

Je suis maintenant attachée au développement de l’association « Arts Convergences » que j’ai connu en remportant le prix du jury remis au musée du quai Branly en décembre dernier.

C’est assez exceptionnel pour moi de travailler pour cette association qui m’accueille entièrement: casquette d’artiste, casquette sensible/ »troublée psychiquement », communicante et probablement un peu « comptable »… (en recherche de formation ponctuelle soit dit en passant).

Que penses-tu du monde de la santé mentale?

Je découvre à travers mon travail dans l’association, une multitudes d’initiatives dont je n’avais jamais entendues parlé avant qui, très certainement, accompagnent une transition entre l’internement qui peut être un choc en soi, et le retour à la « réalité » qui peut être un choc en soi, aussi.

Je n’ai pas eu la chance de connaître ce monde là (coaching, réinsertion sociale, groupes d’entraides, de rencontres de pairs, de facilitateurs, existe même des agents d’artistes psychotiques, paraîtrait…)… mais alors, à priori, je perçois toutes ces initiatives comme une immense forêt d’arbres plus ou moins grands, plus ou moins reliés, très différents les uns des autres, labyrinthique?

Heureusement des centres de ressources comme le Psycom ou Comme des fous font des synthèses qui permettent un peu mon orientation.

A l’époque de mes internements, je n’ai eu aucune information de tout ce foisonnement. Je ne l’imaginais même pas.

Qu’est-ce qu’on peut tirer de positif de la folie?

Un apprentissage, une exploration singulière, non conforme, une acceptation de soi-même, de ses vides, de ses pleins, de ses nuances complexes et donc, une empathie forte couplée à l’humilité ainsi que la possibilité de transformer cette sensibilité en une force pour œuvrer dans le monde. On y croit!

En fait, finalement et aujourd’hui, je n’y vois que du positif. Je n’ai pas toujours pu dire cela, et je ne pourrais sans doute pas l’affirmer non plus toujours.

Pourrais-tu devenir un jour ministre de la santé mentale et sinon qu’est-ce que tu lui demanderais?

Je lui demanderai de financer en priorité les recherches de Corine Sombrun et de ceux qui l’entourent qui sont à la pointe, à l’aube d’une vision naturelle mais hélas nouvelle pour notre échelle, bien loin des représentations qu’on a de la « folie » en Occident via notre psychiatrie à cases…

Mais aussi de remettre en question, en tout cas en réflexion, les notions de normes, de différences, afin d’élargir les champs de représentations des sensibilités, de modifier l’espace urbain en ce sens, les emplois, l’éducation…

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish