Close

16 février 2018

Dernier voyage à Paris [Craig]

A ma chère « Famille Française », aux amis, aux pairs, aux collègues

De tout mon cœur, je voudrais vous exprimer ô combien vous avez touché mon âme.

Tel un homme qui cherchait à avoir son cœur embrassé par l’amour guérisseur de l’accomplissement, mes rêves existent bel et bien dans la vérité et la réalité de ce que fut ma récente et libératrice expérience de la France.

J’ai appris tant de chose durant le temps que j’ai passé dans votre beau pays. Le plus important, et je vous prie d’excuser mon égoïsme très américain, c’est quand je vous exprime que les moments que j’ai passés en France m’ont fait réaliser que j’étais vraiment devenu celui que j’aspirais à devenir ; et cela bien plus que ce que j’ai pu vous en dire, ou vous le faire ressentir, au moment où j’étais transcendé et éveillé par ce profond sentiment de paix.

Merci de ce cadeau.

 

De façon naturelle, vous tous m’avais fait me sentir chez moi, comme si j’étais l’un des vôtres, et de fait je le suis.

Comme citoyen du monde, comme un être humain qui cherche sa vérité dans les étoiles, c’est avec une clarté bien définie que je puis tous vous affirmer que nous sommes un et identiques.

Je suis de ceux qui trouvent que quand le cœur lui, parle, l’esprit (notre conscience intellectuelle intégrée) peut nous trahir.

Nous sommes endoctrinés dès le plus âge aux États-Unis à croire que les sentiments sont une faiblesse et qu’avoir de la force et une solide situation matérielle sous les pieds sont les clés pour être respecté et entendu.

Je m’inscris en faux contre ce standard culturel qui ne m’a rien apporté et qui n’apporte rien « aux nôtres ».

Pour se relever, pour reprendre en main votre vie, pour marcher sur le sentier magnifique et douloureux du rétablissement, nous devons être aussi intelligent que nous sommes remplis de sentiments.

Le cœur de notre mouvement est de vivre avec un cœur brisé, collectivement, et notre travail en 2018 consiste à embrasser l’amour qui guérit ce qui fut autrefois brisé.

Être un survivant est un bon début, mais être beau avec vos fêlures, vos confusions et vos cicatrices, construire votre plaidoyer (votre sagesse), c’est ça qui définit votre beauté, comme j’ai coutume de le dire, moi un fou venu d’Amérique qui croit au pouvoir collectif de la transformation radical de l’être humain par lui-même !

 

Vous qui me lisez, sachez que vous avez la capacité et la responsabilité de faire que vos rêves se réalisent !

Vos cicatrices sont belles ! Les anciens artisans japonais le savaient.

Lorsque vous mangez votre repas quotidien et que votre bol se fissure ; si souvent nous jetons le bol cassé et en achetons un nouveau.

Non, je l’ai dit, je ne serai pas mis au rebut parce que j’ai été brisé !

Au contraire, mon cœur brisé et le bol brisé sont identiques. Les anciens Japonais remplissaient les fissures d’or, et considéraient cette nouvelle version, encore plus belle que l’originale.

Le Kintsugi, c’est l’art japonais d’embellir ce qui était cassé.

Vous êtes tous et toutes une œuvre de Kintsugi. Vos cicatrices font votre beauté. Ce qu’est prendre soin de soi ? du Kintsugi, et vous êtes votre propre artiste, ainsi parle un américain à Paris !

J’adore utiliser mon cerveau, comme vous le savez peut-être, mais de toute façon, pour vraiment faire une différence dans le monde et dans nos communautés ; Je sais que je dois utiliser mon cœur. Nous devons parler avec nos cœurs, et quand nous le faisons; le changement se produit..

Je vous dis, avec toute ma tendresse, à la prochaine fois !

 

Merci,

Craig Lewis, auteur de Betterdays

Traduit en Français par Alain Karinthi sous le titre Un jour nouveau

11 Février 2018

Varsovie, Pologne

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

ItalySpainEnglish