La méthode du patient traceur en santé mentale?

Présentée comme un outil d’amélioration de la prise en charge des patients, comment la méthode du patient traceur est-elle mise en place en psychiatrie et quelles en sont les limites?

La méthode du patient traceur est une méthode de certification des établissements de santé qui s’appuie sur une analyse rétrospective du parcours d’un patient, dit traceur, depuis son entrée à l’hôpital jusqu’à sa sortie. Plusieurs critères sont évalués : accueil du patient, prise en compte des droits du patients, vécu du patient, prise en charge de la douleur, prise en charge médicamenteuse, préparation à la sortie, organisation au sein de l’équipe, collaboration interprofessionnelle.


Plus d’infos sur: http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2614161/fr/le-patient-traceur-en-ville

Un chez soi d’abord

Découvrez le projet « Un chez soi d’abord » ou Housing First qui vient en aide aux personnes sans-abri souffrant de troubles psychiques.

500X350.indd

Crédits image : Association Aurore

« Les personnes qui vivent avec 650 dollars par mois (environ 500 euros) et qui connaissent des problèmes de santé mentale sévères ne sont pas arrivées dans la rue parce qu’elles étaient malades, mais parce qu’elles sont pauvres ! Par exemple, elles ont quitté leur appartement lors d’une hospitalisation en institution psychiatrique, et à leur sortie, elles se sont retrouvées à la rue et y sont restées. » déclare Sam Tsemberis, fondateur de Housing first.

Extrait de l’article: Cet homme détient l’idée de génie pour reloger les sans-abri…

Lire la suite

« Walk Away Renée » vu par Yann Hodé [film]

walk-away-renee1

Synopsis: La mère du réalisateur, Jonathan Caouette, souffre de schizophrénie. Les traitements qu’elle suit dans la clinique de Houston où elle est hospitalisée ne lui conviennent plus. Son fils décide de la ramener dans un établissement plus proche, à New York. Il descend la chercher en voiture, puis traverse les Etats-Unis avec elle.
Le collage de séquences d’une grande inventivité formelle reconstitue le passé familial et éclaire les rapports entre la mère et le fils…

 

Dans la tête d’un psy

Et là, il m’a répondu quelque chose que tout psy a dû entendre au moins une fois dans sa vie :

« Je ne vois pas pourquoi je dois voir un psy! Je ne suis pas fou! … Si? Je suis fou? »

Comment te dire, Pierre. C’est assez embêtant de se retrouver à devoir répondre à cette question. Si je te dis non, je considère que la folie existe, et que tu es dans la norme. Si je te dis oui, je considère que la folie existe, et on casse le lien. Or, en psychiatrie, le mot «folie», presque personne ne l’utilise. Pour une raison, sûrement.

Lire la suite

Qui sont les « bons schizophrènes » ? [traduction]

Merci à Lau pour cette traduction!

« Quand vous êtes désigné comme fou, avoir « le bon » type de diagnostic peut faire la différence entre une vie productive et une condamnation à perpétuité. » Esmé Weijun Wang

[Cet article est traduit de l’article Who gets to be the « good schizophrenic » ? , initialement paru en anglais sur BuzzFeed.] 

Esmé Weijun Wang

Chaque matin, je prends une petite pastille rose ; chaque soir je prends un et demi du même médicament rose. C’est, comme me l’explique mon psychiatre, ce qui m’a permis de fonctionner ces deux dernières années sans hallucinations ni délires. Mais quasi pendant toute l’année 2013, j’ai été une épave psychotique. Lire la suite

« Nise, le cœur de la folie » de Roberto Berliner [film]

A sa sortie de prison, Nise da Silveira reprend son activité de médecin dans un hôpital psychiatrique de la périphérie de Rio de Janeiro. Refusant d’utiliser les électrochocs et la lobotomie pour traiter la schizophrénie, elle est rejetée par l’équipe hospitalière et se tourne vers de nouvelles thérapies, à travers lesquelles elle commence une révolution régie par l’amour, l’art et la folie.